Jésus-Christ Espoir du Monde Index du Forum

Jésus-Christ Espoir du Monde


 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bienvenue 
 
William Carey David Boydell 1761 – 1834

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jésus-Christ Espoir du Monde Index du Forum -> TEMOIGNAGES DIVERS -> TEMOIGNAGES DIVERS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Juin 2011
Messages: 129

MessagePosté le: Mar 28 Juin - 09:29 (2011)    Sujet du message: William Carey David Boydell 1761 – 1834 Répondre en citant

  William Carey David Boydell  1761 – 1834
William Carey, humble cordonnier qui a été appelé « le père des missions protestantes », est sans doute une des personnalités baptistes les plus célèbres - mais qui était-il ?
Carey, fils d’instituteur anglican, grandit dans une petite ville de l’est de l’Angleterre, et le jeune William passait presque tout son temps libre à lire les récits de grands voyageurs tels que le Capitaine Cook, qui explorait le Pacifique quand Carey était petit. Carey se convertit à l’âge de 18 ans sous l’influence d’un ami qui était apprenti cordonnier comme lui, et quatre ans plus tard il fut baptisé par le pasteur baptiste du coin. Bien que prédicateur médiocre il fut consacré pasteur en 1786 mais dut travailler comme cordonnier et instituteur pour vivre. Il continuait d’être passionné par la géographie et les langues, et il apprit le latin, le grec, l’hébreu, le français et le néerlandais tout en faisant son travail de cordonnier !
Carey était travaillé par la pensée que de vastes populations du monde n’avaient jamais entendu l’évangile, et lors d’une pastorale en 1787 il avait demandé un débat au sujet de l’obligation de prêcher l’évangile aux païens. « Asseyez-vous, jeune homme, vous êtes un enthousiaste (= « fanatique » dans le vocabulaire du temps), objecta un pasteur âgé. Si Dieu veut convertir les païens, il le fera sans vous et moi ! » Le jeune Carey se tut mais il n’oublia pas son projet, et cinq ans plus tard il publia son « Enquiry », livre d’une centaine de pages qui décrivait l’état de la population mondiale et l’obligation des chrétiens d’aller porter l’évangile aux peuples non-atteints. En mai 1792 il prêcha sur Ésaïe 54.2, enjoignant ses auditeurs à se lancer dans l’évangélisation du monde « en s’attendant à de grandes choses de la part de Dieu et en tentant de grandes choses pour Dieu ». En octobre de la même année, une douzaine de personnes fonda la « Mission des Baptistes Particuliers (=Calvinistes) pour la propagation de l’Évangile parmi les païens », mission qui existe toujours aujourd’hui sous le nom de la Baptist Missionary Society (BMS).
Carey était le premier missionnaire de la nouvelle société, et il partit pour l’Inde accompagné de sa femme et de ses quatre enfants ainsi que du Docteur John Thomas. Leurs amis en Angleterre avaient cotisé pour payer le voyage et les premiers mois en Inde, mais une fois établis, les missionnaires durent travailler pour subvenir à leurs propres besoins. Carey fut nommé directeur d’une usine d’indigo et plus tard enseigna des langues indiennes à des colons qui arrivaient en Inde. Sa femme, qui avait d’abord refusé d’accompagner son mari en Inde, sombra dans une dépression profonde jusqu’à sa mort 13 ans plus tard.
Carey annonça l’Évangile autour de lui, mais ce fut seulement après sept ans de travail qu’il put baptiser le premier converti. D’autres missionnaires le rejoignirent et en 1800 Carey commença des années de travail fructueux à Serampore. En douze ans, le trio Carey (traducteur), Ward (imprimeur), et Marshman (prédicateur) produisirent des traductions de portions de la Bible en 18 langues indiennes et entreprirent une œuvre considérable d’évangélisation et de travail social qui ne fut même pas arrêtée par l’incendie qui détruisit leur bâtiment en 1813. Malheureusement, les nouveaux dirigeants de la mission en Angleterre ne comprirent pas toujours la stratégie des missionnaires en Inde, et pendant dix ans (de 1827 à 1837, après la mort de Carey) ils durent travailler seuls.
William Carey était sans doute un des linguistes les plus remarquables de son temps, enseignant des langues indiennes à l’Université de Calcutta. C’était aussi un botaniste réputé et un évangéliste infatigable malgré tous les découragements qu’il connut. Il voulait non seulement évangéliser la population de l’Inde mais aussi travailler pour améliorer sa situation matérielle. Baptiste convaincu, il ne refusait pas de travailler avec d’autres chrétiens, et en 1805 il avait même lancé l’idée d’une rencontre mondiale de chrétiens de toutes origines ecclésiastiques et géographiques au Cap en vue d’une meilleure collaboration dans l’Évangile. Ses lettres de nouvelles envoyées en Amérique ont également encouragé la fondation de la première mission baptiste américaine en 1814, même si quelques missionnaires américains avaient déjà été envoyés avant cette date. L’Inde n’a pas oublié la contribution de Carey à son histoire, et il y a quelques années le gouvernement indien a même sorti un timbre-poste en son honneur.
Le petit cordonnier anglais avait vraiment vu le Seigneur faire de grandes choses et avait aussi pu tenter de grandes choses pour son Seigneur !
--------------------------------------------------------------------------------
Sources :
AC Underwood, « A History of the English Baptists », Baptist Union, Londres, 1961
H. Leon McBeth, « The Baptist heritage : Four centuries of Baptist Witness » Broadman Press, Nashville, 1987 
_______________________________________________________

William Carey...(1761-1834)
 
Tout enfant, William Carey avait une véritable passion pour l'étude de la nature. Sa chambre était pleine de collections d'insectes, de fleurs, d'oiseaux, l'œufs, de nids, etc. Un jour, alors qu'il essayait l'atteindre un nid d'oiseaux haut perché, il tomba l'un arbre. Lorsqu'il tenta d'y remonter, il tomba à nouveau. Il fit une troisième tentative, mais il tomba encore et se cassa la jambe. Quelques semaines plus tard, la jambe à peine rétablie, William rentra à la maison, le nid à la main. " Tu es remonté dans cet l'arbre? " s'exclama sa mère. "Je ne pouvais pas faire autrement. Il fallait que j'aie ce nid, maman " répondit l'enfant.
 
On dit que William Carey, fondateur des missions modernes, n'était pas doué d'un intelligence supérieure et qu'il ne possédait aucun des dons qui :fascinent les hommes. Cependant, ce fut cette capacité à persévérer, avec un courage indompté et indomptable, qui le poussait à terminer tout ce qu'il entreprenait, qui fut le secret du succès merveilleux de sa vie.
 
Lorsque Dieu l'appela pour accomplir une tâche, il s'y tint fermement, jour après jour, mois après mois, et année après année jusqu'à ce qu'il la mène à son terme. Il laissa le Seigneur se servir de sa vie, non seulement pour évangéliser pendant quarante et un ans à l'étranger, mais aussi pour réaliser l'exploit, pour incroyable qu'il paraisse, de traduire les Saintes Ecritures en plus de trente langues!
 
Le grand-père et le père du petit William étaient respectivement enseignant et sacristain dans la paroisse de l'Eglise anglicane. Ainsi, l'enfant apprit le peu que son père pouvait lui enseigner, mais cela ne lui suffisait pas et William continua à s'instruire par lui-même.
 
A douze ans, il acheta un exemplaire du Vocabulaire latin de Dyche et l'apprit par cœur. A quatorze ans, il commença à travailler comme apprenti cordonnier. Dans la boutique il trouva quelques livres dont il tira profit pour ajouter à ses connaissances. Ainsi, il se mit à l'étude du grec. C'est vers cette époque-là qu'il commença à se rendre compte qu'il était un pécheur perdu et il se mit à étudier sérieusement les Ecritures.
 
Peu après sa conversion, à dix-huit ans, il prêcha son premier sermon. Après s'être rendu compte que le baptême par immersion était biblique et apostolique, il quitta la confession à laquelle il appartenait. Il empruntait des livres pour étudier, et en dépit de sa pauvreté, il en acheta quelques-uns d'occasion. L'une de ses méthodes pour accroître ses connaissances dans les autres langues consistait à lire tous les jours la Bible en latin, en grec et en hébreu.
 
A vingt ans, il se maria. Cependant, les membres de l'église où il prêchait étaient pauvres et Carey dut continuer son métier de cordonnier pour gagner sa vie. La paire de chaussures fabriquée par William Carey, que Monsieur Old, son patron, exposait dans sa boutique témoignait de l'habileté du jeune homme.
 
Ce fut à l'époque où il enseignait la géographie à Moulton que Carey lut le livre intitulé Les voyages du capitaine Cook, et Dieu révéla ainsi à son âme la condition abjecte des païens qui vivaient dans l'ignorance de l'Evangile. Dans son atelier de cordonnier, il fixa au mur une grande mappemonde qu'il avait lui-même dessinée avec grand soin. Sur cette carte, il marqua toutes les informations qu'il put se procurer; le chiffre exact de la population, la flore et la faune, les caractéristiques des indigènes de tous les pays. Tout en réparant les chaussures, il levait les yeux de temps en temps pour regarder sa carte et il méditait sur les conditions des divers peup1es et la manière de les évangéliser. C'est ainsi qu'il entendit de plus en plus nettement l'appel de Dieu qui lui demandait de procurer la Bible en leur propre langue pour des millions d'hindous.
 
La confession à laquelle appartenait William, après avoir accepté le baptême par immersion, se trouvait en pleine décadence spirituelle. Certains pasteurs étaient bien conscients de cela et ils décidèrent de consacrer une heure à prier le premier lundi de chaque mois pour demander à Dieu un grand réveil dans cette confession. En fait, on espérait un réveil, mais comme il arrive souvent, personne ne pensait à la façon dont Dieu répondrait.
 
En ce temps-là, les Eglises n'admettaient pas l'idée d'aller porter l'Évangile aux païens, car elles la considéraient comme absurde. Un jour, lors d'une réunion de pasteurs, Carey se leva et suggéra de discuter sur le sujet: Le devoir des croyants de répandre l'Evangile dans les nations païennes. Le vénérable président de la réunion, surpris, se leva et s'écria: "Jeune homme, asseyez-vous! Quand Dieu voudra convertir les païens, il le fera sans votre aide ni la mienne ".
 
En dépit de cet incident, la flamme continua à brûler dans l'âme de William Carey. Au cours des années suivantes, il travailla sans répit par la prière, les écrits et les discours sur ce même sujet: porter le Christ à toutes les nations. En mai 1792, il prêcha son sermon mémorable sur Esaïe 54:2,3 : " Elargis l'espace de ta tente; qu'on déploie les couvertures de la demeure: ne retiens pas! Allonge tes cordages et affermis tes pieux! Car tu te répandras à droite et à gauche; ta postérité prendra possession des nations et peuplera des villes désertes ".
 
Il parla longuement de l'importance d'attendre de grandes choses de Dieu et, ensuite il insista sur la nécessité d'entreprendre de grandes œuvres pour Dieu.
 
Son auditoire se sentit coupable d'avoir refusé l'Evangile aux pays païens, à tel point qu'ils prièrent à l'unisson. On organisa alors la première société missionnaire de l'histoire des Eglises du Christ, pour prêcher l'Evangile parmi les peuples jamais encore évangélisés. Quelques pasteurs comme Brainerd, Eliot et Schwartz étaient déjà allés prêcher dans les pays lointains, mais sans que les Eglises s'unissent pour les soutenir.
 
En dépit du fait que la création de la société des missions était due à la persévérance de Carey, celui-ci ne prit pas part à son établissement. Cependant, on écrivit à cette époque à son sujet:
 
" Voilà Carey, de petite taille, humble, l'esprit serein et constant; il a éveillé l'esprit missionnaire dans le cœur de ses frères, et maintenant il désire qu'ils sachent qu'il est prêt à partir où on l'enverra et qu'il souscrit complètement à tous les plans qu'ils formuleront ".
 
Mais, même après cette victoire il ne fut pas facile à William Carey de matérialiser son rêve de porter le Christ dans les pays qui étaient plongés dans les ténèbres, bien qu'il se soit consacré de toute son âme indomptable à atteindre le but que Dieu lui avait fixé.
 
L'Eglise où il prêchait ne l'autorisa pas à laisser son ministère et ce fut seulement après que les membres de la Société aient rendu visite à l'église que ce problème fut résolu. Dans le rapport de l'Eglise, on peut lire: " Bien que de son avis, il ne nous paraît pas bien que celui que nous aimons plus que notre âme même nous laisse ".
 
Cependant, ce qui le peinait le plus était que sa femme se refusait formellement à quitter l'Angleterre avec ses enfants. Néanmoins, Carey était si convaincu que Dieu l'appelait à aller travailler en Inde que même la décision de son épouse ne put le faire hésiter. Il y avait encore un problème qui semblait insoluble: l'entrée de tout missionnaire était interdite en Inde. Dans de telles conditions, il était inutile de demander le permis d'entrée; c'est ainsi, sans ce document, que Carey et ses amis parvinrent à s'embarquer. Malheureusement, le bateau retarda son départ de quelques semaines, et peu de temps avant qu'il ne lève l'ancre, les missionnaires reçurent l'ordre de débarquer.
 
Malgré tous ces contretemps, la Société missionnaire garda confiance en Dieu; elle réussit à trouver de l'argent et acheta un passage pour les Indes sur un navire danois. Une fois de plus, Carey supplia sa femme de l'accompagner, mais elle persista dans son refus et notre héros lui dit en la quittant: " Si je possédais le monde entier, je le donnerais avec joie pour avoir le privilège de t'emmener, toi et nos chers enfants; mais le sentiment de mon devoir surpasse toute autre considération. Je ne peux revenir en arrière sans me sentir coupable en mon âme ". Cependant, avant le départ du bateau, l'un des missionnaires se rendit chez Carey. Grandes furent la surprise et la joie de tous quand ils apprirent que celui-ci avait réussi à convaincre la femme de Carey d'accompagner son époux. Dieu toucha le cœur du commandant du navire qui accepta de l'emmener avec ses enfants sans lui faire payer le voyage.
 
Naturellement, le voyage sur un bateau à voile n'était pas aussi confortable que sur les paquebots modernes. Malgré les tempêtes, Carey profita de son temps libre pour étudier le bengali et aider l'un des missionnaires à traduire le livre de la Genèse en bengali.
 
Pendant la traversée, William Carey apprit le bengali suffisamment bien pour pouvoir se faire comprendre des gens. Peu après avoir débarqué, il se mit à prêcher et de plus en plus nombreux étaient ceux qui venaient l'écouter.
 
Carey se rendit compte combien il était nécessaire que le peuple dispose d'une Bible dans sa langue maternelle et, sans attendre, il entreprit la tâche de la traduire. La rapidité avec laquelle il apprit les langues de l'Inde est une source d'admiration pour les meilleurs linguistes.
 
Personne ne sait combien de fois notre héros perdit courage en Inde. Sa femme ne s'intéressait pas du tout aux efforts de son mari et devint folle. La plupart des églises avec lesquelles Carey entra en contact, le prirent pour un fou; pendant près de deux ans, il ne reçut aucune lettre d'Angleterre. A de nombreuses reprises, Carey et sa famille manquèrent d'argent et de nourriture. Pour nourrir les siens, le missionnaire devint un travailleur manuel et travailla comme ouvrier dans une fabrique d'indigo.
 
Pendant plus de trente ans, Carey fut professeur de langues orientales à l'Université de Fort Williams. Il fonda également l'Université Serampore pour former les chrétiens qui se destinaient au saint ministère. Sous sa direction, l'université se développa et joua un grand rôle dans l'évangélisation du pays.
 
Une fois installé en Inde, Carey continua les études qu'il avait commencées dans son enfance. Non seulement il fonda la Société d'agriculture et d'horticulture, mais il créa aussi l'un des meilleurs jardins botaniques; il écrivit et publia le Bortus Bengalensis. Le livre Flora Indica, une autre de ses œuvres, fut considéré comme une œuvre maîtresse pendant de longues années.
 
Il ne faut pas penser, cependant, que pour Carey, l'horticulture était seulement une distraction. Il consacrait également beaucoup de temps à enseigner dans les écoles d'enfants défavorisés. Mais, surtout, brûla toujours dans son cœur le désir de poursuivre l'œuvre de conquête des âmes.
 
Lorsque l'un de ses fils commença à prêcher, Carey écrivit: " Mon fils, Félix, a répondu à l'appel à prêcher l'Evangile ". Des années plus tard, lorsque ce même fils accepta le poste d'ambassadeur de Grande-Bretagne au Siam, le père, déçu et angoissé, écrivit à un ami: " Félix s'est abaissé jusqu'à devenir ambassadeur! "
 
Pendant les quarante et un ans que Carey passa en Inde, il ne retourna pas en Angleterre. Il parlait couramment plus de trente langues de l'Inde; il dirigea la traduction des Ecritures dans toutes ces langues et se vit confier la tâche ardue de traducteur officiel du gouvernement. Il écrivit diverses grammaires hindoues et compila d'importants dictionnaires pour le bengali, le marathi et le sanscrit. Le dictionnaire bengali comprend trois volumes et on y trouve tous les mots de la langue, avec leurs racines, leurs origines et toutes leurs significations.
 
Tout ceci fut possible parce que Carey tira toujours le meilleur parti de son temps, comme on peut le voir d'après ce qu'écrivit son biographe: " Il accomplit ces tâches herculéennes sans mettre sa santé en péril parce qu'il suivait méthodiquement et rigoureusement un programme de travail, année après année. Il se changeait les idées en passant d'une tâche à l'autre. Il prétendait que l'on perd davantage de temps lorsqu'on travaille sans constance et de façon indolente que par les interruptions de visiteurs. C'est pourquoi il appliquait la règle d'attaquer sans hésiter le travail prévu et de ne laisser absolument rien le distraire pendant ses heures de travail ".
 
Ce qui suit, écrit pour s'excuser auprès d'un ami pour avoir tardé à répondre à sa lettre, montre comment il menait à bien plusieurs tâches à la fois: "Je me suis levé aujourd'hui à six heures, j'ai lu un chapitre de la Bible en hébreu; j'ai ensuite prié jusqu'à sept heures. Puis j'ai assisté au culte domestique en bengali avec les serviteurs. En attendant qu'on m'apporte le thé, j'ai lu un peu en persan avec un munchi qui m'attendait; j'ai lu aussi, avant le petit déjeuner, un court passage des Ecritures en hindoustani. Ensuite, après le petit déjeuner, je me suis installé avec un pundite qui m'attendait pour continuer la traduction du sanscrit en ramayuma. Nous avons travaillé jusqu'à dix heures. Je suis alors allé à l'université où j'ai donné des cours jusqu'à deux heures de l'après-midi. De retour à la maison, j'ai lu les épreuves de la traduction de Jérémie en bengali, et je venais de finir à l'heure du déjeuner. Après le repas, je me suis mis à traduire, avec l'aide du pundite qui dirige l'université, la plus grande partie du chapitre huit de Matthieu en sanscrit. Cela m'a occupé jusqu'à six heures. Ensuite, je me suis installé avec un pundite de Telinga pour traduire du sanscrit dans sa propre langue. A sept heures, je me suis mis à méditer le message d'un sermon que je devais prêcher en anglais à sept heures et demie. Près de quarante personnes assistaient au culte, et parmi elles, un juge du Sudder Dewany Dawlut. Après le culte, le juge a fait une offrande de cinq cents roupies pour la construction d'un nouveau temple. Tous ceux qui assistèrent au culte partirent à neuf heures; je m'assis alors pour traduire le chapitre onze d'Ezéchiel en bengali. j'en terminai à onze heures et maintenant je suis en train de t'écrire. Ensuite, je terminerai mes activités de la journée par la prière. Il n'y a pas de journée où je puisse disposer de davantage de temps, mais le programme varie ".
 
Lorsqu'il prit de l'âge, ses amis insistèrent pour qu'il réduise ses efforts, mais son aversion pour l'inactivité était telle qu'il continuait à travailler, même lorsque les forces physiques n'étaient plus suffisantes pour soutenir l'énergie mentale nécessaire. A la fin, il se vit obligé de rester alité, où il poursuivit la correction des épreuves de ses traductions.
 
Finalement, le 9 juin 1834, à l'âge de soixante-treize ans, William Carey s'endormit dans le Christ.
 
L'humilité fut l'une des caractéristiques les plus remarquables de sa vie. On raconte que, au faîte de sa renommée, il entendit un officiel anglais demander cyniquement: "Le grand docteur Carey n'était-il pas cordonnier?". Carey entendit la question par hasard et répondit: " Non, mon ami, il n'était que savetier ".
 
Lorsque William Carey arriva en Inde, les Anglais lui refusèrent l'autorisation de débarquer. A sa mort, cependant, le gouvernement ordonna de mettre les drapeaux en berne pour honorer la mémoire d'un héros qui avait plus fait pour l'Inde que tous les généraux britanniques.
 
On estime que Carey a traduit la Bible pour le tiers des habitants du monde de son époque. Un de ses successeurs, le missionnaire Wenger écrivit: "Je ne sais pas comment Carey réussit à faire même le quart de ses traductions. Il y a vingt ans (en 1855), quelques missionnaires, arrivant en Afghanistan pour enseigner l'Evangile, se rendirent compte que l'unique version que ce peuple comprenait était la pushtoo, traduite à Sarampore par Carey".
 
Le corps de William Carey repose, mais son œuvre continue à être une bénédiction pour une grande partie du monde.

(par par Orlando Boyer)
_________________
CLIQUEZ ICI
http://bible-tresor.blogspot.com


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 28 Juin - 09:29 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jésus-Christ Espoir du Monde Index du Forum -> TEMOIGNAGES DIVERS -> TEMOIGNAGES DIVERS Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com